Orhan Pamuk

Publié le par Louise

Il est une des figures les plus marquantes de la littérature turque. Et "accessoirement" Prix Nobel de Littérature 2006. Et il a été élu par le Comité Nobel grâce à son livre consacré au génocide arménien.

Or le génocide n'existe pas en Turquie, et parler du "massacre" des Arméniens en 1915 revient à "insulter l'identité turque".

A cause de ce genre de prise de position, un journaliste d'origine arménienne a été assassiné la semaine dernière, Hrant Dink. Son tueur présumé, Ogun Samast, est un adolescent qui aurait été poussé au meurtre par une figure de l'ultra nationalisme turc, Yasin Hayal, déjà connu de la police pour des attentats.

Ce dernier, alors qu'il rentrait dans le tribunal pour le procès de son "poulain" aurait proféré des menaces contre Pamuk : "vous feriez mieux d'être prudent", lui aurait-il dit, ou encore, selon une autre source: "sois intelligent Orhan Pamuk, sois intelligent".

Quand un professeur ou un instituteur prononce ces mots  à un élève turbulent ou dissipé, tout va bien, personne ne frémit, mais quand ces paroles sont prononcées par un malade dangereux ultra nationaliste à l'encontre d'un intellectuel qui va contre l'histoire officielle, là, on a des raisons sérieuses de s'en inquiéter...

"le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté"....

Publié dans couleur orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alix 26/01/2007 16:39

Il semble que l'assassinat du journaliste la semaine dernière ait eu un effet assez dévastateur. Dans le bon sens, paradoxalement. Des dizaines de milliers de personnes ont assisté à ses funérailles. En portant des affiches "Nous sommes tous des Arméniens". En espérant que ce ne soit pas un flammèche qui, à peine allumée, s'éteint...