Le repos du guerrier: Jean Pierre Vernant

Publié le par Louise

Je viens d’apprendre le décès, mardi 9, de Jean Pierre Vernant, philosophe, résistant et amoureux passionné de la Grèce. Ami de Vidal-Nacquet, ennemi de tous les fascismes et de tous les liberticides, JP Vernant évoque pour moi les études post bac, la prépa, les cours sur l’histoire de la Grèce Antique, Georges Dumézil et consorts. Des bons souvenirs en somme !

Mais JP Vernant, ce n’est pas que ça. Dès le début de sa vie, lui et son frère aîné, orphelins tous deux, baignent dans une culture de la liberté, de  libre pensée, de l’anticléricalisme (le grand père était fondateur du journal antireligieux et dreyfusard Le Briard).

JP Vernant se bat dans la rue contre l’Action Française (lui aussi, cf PMF). Il entre dans les Jeunesses Commmunistes, et ne quittera le PC qu’en 1970, non sans avoir lutté de l’intérieur contre le centralisme dogmatique, et les carcans liberticides du parti. Lui même se faisait appeler le « termite » par les cadres du PCF.

En novembre 39, il épouse Lida Nahimovitc, de confession juive. La religion de son épouse sera un des déclencheurs de son entrée en résistance dès l’été 40. Mais c’est surtout l’absence de liberté du régime vichyste contre laquelle il se lève dès le discours de Pétain, le 17 juin 40. Déjà, dès 39 et la signature du Pacte Germano-Soviétique, lui et son frère avaient compris que la lutte serait inévitable. Et ils étaient prêts :  « le vrai courage, c’est, au dedans de soi, de ne pas céder, ne pas plier, ne pas renoncer. Etre le grain de sable que les plus lourds engins, écrasant tout sur leur passage, ne réussissent pas à briser. »

Dès 40, il imprime et distribue des tracts, puis, enseignant à Toulouse, il est contacté par Lucie et Raymond Aubrac pour encadrer les troupes du mouvement de Libération de la Haute Garonne, sous le nom de « Colonel Berthier »

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

Après la guerre, il enseigne à Toulouse puis à Paris. Il demeure opposé à toute forme de soumission de l’homme par l’homme et est un farouche opposant aux guerres d’Indochine et d’Algérie.

 

Vient le temps de la recherche : CNRS entre 1948 et 1957, Centre de recherches comparées sur les sociétés anciennes (le « comparatisme ») fondé en 1964, et qui prend le nom du mentor de Vernant, Louis Gernet; 1975, entrée au Collège de France.

JP Vernant entre sur la scène intellectuelle en 1962, par le truchement de Georges Dumézil, avec  Les origines de la pensée grecque . Il ne cessera alors de produire des sommes sur la pensée grecque. Mais il se distingue singulièrement des « anciens » en refusant les frontières entre les mondes historiques, philosophiques, juridiques, littéraires, économiques de la Grèce Ancienne.

En effet, selon  lui, on ne peut pas comprendre la pensée grecque si on la détache de tout son contexte, il faut la saisir dans ce que JP Vernant appelait le « système global ». Défenseur acharné de l’étude du grec et des langues dites mortes, JP Vernant était persuadé que cette étude, loin d’être un luxe d’érudit, permettait au contraire d’appréhender plus sûrement le monde actuel, monde issu d’un long passé culturel commun que nous ne pouvons ignorer : « notre monde n’est compréhensible que si on cherche  comment ça a été fabriqué » disait-il.

Si on pouvait mettre cette petite phrase en pratique aujourd’hui…

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

Il était devenu lui même un guerrier grec, avec un esprit sain dans un corps sain, randonneur infatigable, orateur, savant, homme en colère, «  protecteur de liberté et chercheur de la vérité » (Libération, 11/01/07). Il avait 93 ans et 5 jours.

Publié dans couleur orange

Commenter cet article

Dominique Boudou 12/01/2007 18:52

Un parcours exemplaire en effet. Action et pensée au service de l'homme.

louise 12/01/2007 16:07

--> Lukaleo: Couleur orange est un titre de catégorie tout à fait égoïste qui fait référence à une chanson de Ferrat . tout simplement!
il ne faut pas chercher plus loin!

Chiliconcarne 12/01/2007 15:41

Un salaud d'admirateurs du Goulag en moins. Il ira rejoindre le faussaire Vidal-Naquet chez Hades...

Lukaleo 12/01/2007 14:27

Simple question : pourquoi le nom de la catégorie dans laquelle se trouve cet article est "couleur orange" ?

louise 12/01/2007 14:05

même retard sans doute because peut etre mêmes sources: le Monde d'hier en ce qui me concerne, et google actualités.