une chanson, c'est trois fois rien une chanson

Publié le par Louise

C'est peut être trois fois rien, une chanson, c'est peut être du champagne, un frisson, mais c'est bien né un jour c't'affaire!

Et ben, je viens de trouver où et quand ce que nous appelons chanson est né.

Alors, reprenons.

Au commencement était le Verbe, puis, bon, j'abrège, mais vinrent, au VIIème siècle, les fameux chants religieux du pape Grégoire le Grand, autrement connus sous l'appelation de Chants Grégoriens.

Bien.

Nos moines étaient sans doute des tronches, mais quand même, ils trouvaient que retenir ces chants tout en longueurs et en lenteur divines n'était pas chose aisée!

Aha, c'est que la religion c'est un sacerdoce! Donc, nos moines, pas fous, ont inventé un stratagème au combien subtil pour mieux mémoriser les chants lithurgiques: les tropes.

Je vous livre tout de go la définition des tropes: "paroles que les moines adaptaient aux longues vocalises du chant grégorien pour mieux s'en souvenir". Ne me demandez pas comment ils faisaient, je ne suis pas moine.

Puis, le trope muta. Il passa du statut de pièce chantée mnémotechnique à oeuvre à part entière en découvrant à la fois le plaisir de la rime et celui de l'indépendance vis à vis de la lithurgie.

Hop, un saut de puce, le trope en latin rimé devient trope en langue vulgaire et tadam! c'est la naissance de la chanson, telle que nous la connaissons. Bon, ce n'est pas Vian ou les Stones encore, mais ça frise Mireille Mathieu (et ça, ça tient du miracle!)

Et, cerise sur le gâteau , ou plutôt Golden sur le chocolat suisse, seuls 2 monastères peuvent revendiquer la paternité des tropes: Limoges et St Gall en Suisse (clin d'oeil à Alix). Jusqu'à la fin du XIIème siècle, Limoges resta la capitale de la chanson, avant d'être écrasée par Paris, quand les trouvères prirent le pas sur nos troubadours...

Alors; de là à imaginer que St Tropez, patrie des clubers et autres gogos dancers est né de ces tropes grégoriens, il n'y a qu'un pas que je ne franchirais pas, mais vous, si ça vous chante!

Voilà, c'était la minute nécessaire de Monsieur Garofano.

Ceci est une partition de trope:

Publié dans couleur orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alix 10/01/2007 22:59

Allez, ayant fait un an de grec et étant originaire de Suisse (merci Louise du clin d'oeil), je peux vous l'avouer : c'est moi qui suis à l'origine de la chanson... Voilà. Surtout ne le dites à personne, après, je vais avoir les paparazzis à mes trousses...

Emaxyo 10/01/2007 19:37

Grand plaisir que la chanson, quel qu'en soit l'inventeur, bien le bonsoir ;)

Dominique Boudou 10/01/2007 19:29

Limoges capitale de la chanson, avec des voix de porcelaine.

Cadet 10/01/2007 18:41

mais ein klein kokott, il n'y avait aucune critique ma part, juste une interrogation

legnoch :0125: 10/01/2007 18:26

Intéressant ! Mel Brookes a une version tout aussi acceptable dans sa folle histoire du monde ! ;-)