Woodstock

Publié le par Louise

Aujourd’hui, Limoges pourrait commémorer un événement qui a marqué son histoire il y a fort longtemps. Mais je doute fort de voir un quelconque reportage ce soir aux infos à ce sujet.

 

 

 

 En effet, cet événement historique date du XIVème siècle, de 1370 plus précisément. Vous pourrez me dire que le XIVème est à la mode en ce moment, c’est un fait… Mais en ce jour du 19 septembre 1370, ce n’est pas Manuel II Paléologue qui était sur le devant de la scène, mais bien Edouard de Woodstock le mal nommé, fils du Roi d’Angleterre, Prince d’Aquitaine, surnommé Prince Noir non à cause de son humeur de chien, mais à cause de la couleur de son armure, inusitée alors.

Ainsi donc, Limoges, paisible cité d’Aquitaine à l’époque, coulait des jours heureux sur le bord de sa Vienne. L’Aquitaine, alors était anglaise. Or, voilà que le roi de France, Charles V, parvient à convaincre l’évêque de Limoges, Johan de Cros, de rejoindre le royaume de France ; ce qui fut fait. Mais il faut savoir que Limoges était divisée en deux villes à cette époque: le "Château" (la ville "civile") et la Cité (ville épiscopale), aussi, si la Cité passa aux mains des Français, le Château resta fidèle à Albion.

 

 

 

Ceci fit entrer le fils du roi d’Angleterre, dans un courroux terrible et il décida de punir la traîtresse en la mettant à sac. Les chroniques de Froissart parlèrent à l’époque de 3000 morts et de destructions considérables. En réalité ; dans une autre chronique, on apprend qu’il n’y eu en fait que 300 tués, tous soldats . Quelques habitants furent faits prisonniers. Voici ce qu’en dit Chandos : « Quar la fut Rogier de Beaufort, Qui de tenir se faisait fort, Et monsieur Johan de Villemur, Qui dist qu’il garderait le mur, Et des gentz d’armes bien iii. centz, Sans les burgeis de par dedenz, Mais tous y furent mortz ou pris" ».

 

 

 

 

 

Cette histoire fut longtemps racontée, et reracontée, amplifiée et exagérée le plus souvent afin que Limoges puisse bénéficier de dédommagements financiers plus conséquents, c’est de bonne guerre…Elle fut reprise en outre au XIXème, enjolivée par l’esprit nationaliste qui régnait alors, mais la réalité fut  heureusement moins terrible. Ainsi naissent les légendes.

 

 

 

 

 

Ce qui n’est pas légendaire en revanche, c’est la superbe Tour du Prince Noir qui se trouve au cœur de la non moins jolie Uzerche et que l’on peut voir aisément en se promenant dans les rues pittoresques de la vieille ville.

 

 

 

 

 

Comme quoi à Woodstock, tout n’a pas toujours été amour, paix et partage….

Publié dans mctproduction

Commenter cet article

AL 19/09/2006 23:23

Hello Louise... merci d'être passée aujourd'hui!!!J'te souhaite une très bonne semaine.. A bientot... j'vais essayer de passer +, mais j'ai po trop le temps eses jours ;-)
Bisous a toi

Lisa 19/09/2006 20:41

Vous hallucinez cette fois Cher Cadet !

louise 19/09/2006 20:35

non je ne relis pas Suétone, mais j'en garde un excelent souvenir de mes jeunes années de latiniste. pourquoi?

Cadet 19/09/2006 17:46

Louise, n'avez-vous pas dit dernièrement que vous relisiez ou vouliez relire Suétone ?

Lisa 19/09/2006 16:10

C'est vrai en y repensant, il sentait  le moisi !