Que dire?

Publié le par Louise

Depuis mon retour de l'Herault, je me rends bien compte que  je ne suis plus franchement assidue sur ce blog.

Je sais que le monde ouebesque et littéraire n'y perd pas grand chose, mais quand même.

Allez comprendre.

Désintérêt complet, perte de ma capacité d'indignation, jem'enfoutisme, fumisterie? je ne saurais dire.

Une chose est sûre, ce medium me lasse, comme beaucoup beaucoup beaucoup de choses dans ma vie me lassent en ce moment....

Je ne sais même pas pourquoi ni comment, mais ma vie est en train de prendre un tournant à 180°, je ne me reconnais même plus, et je ne sais pas si le blog en fait toujours partie.

En mon for intérieur, j'espère que oui, car c'est une belle aventure qui m'a fait rencontrer - virtuellement- des personnalités singulières particulièrement attachantes mais j'avoue que l'exercice ne m'amuse plus comme avant.

Les polémiques incendiaires, les débats houleux, les attaques, les répliques, tout cela ne me transcende plus...

Je ne me l'explique pas.

Le mistral peut-être, m'aura tourné la tête, qui sait?

Publié dans couleur orange

Commenter cet article

Enzo 03/10/2009 09:41



"Quand la dernière page est tournée, il faut fermer le livre" (proverbe chinois)

 



Louise 03/10/2009 10:05


je deteste fermer les livres que j'ai aimés...


jean-marie 03/10/2009 08:13



Bonjour Louise,
dommage, je n'ai pu passer hier,
pour t'encourager...
à quoi, je ne sais pas
je sais que ne peux pas grand-chose.
tu as un coup de blues.
tu as constaté que la vie ce n'est pas qu'un écran et un clavier, les journaux, les bulletins d'information...
ce n'est pas que la colère, l'indignation, la polémique, la provocation
j'aime tout ça à la fois chez toi même si beaucoup de mes idées que tu as joyausement massacrées ne s'en relèveront pas vraiment
pas grave
je t'en remercie même
je suis content de constater que je peux encore me remettre en cause...
et c'est à tes billets en grande partie que je le dois.
et aux commentaires, aux discussions qui ont suivi
à ta gentillesse et ta rude tolérance...
alors, je t'en prie, n'abandonne pas
écris à ton rythme sans te soucier d'autre chose
j'ai l'air d'un vieux schnock moralisateur
mais la morale en réalité je m'en fous
ce qui compte c'est la liberté
et je respect trop la tienne pour te reprocher quoi que ce soit si tu décides de tour ner la page
ce qu'à Dieu ne plaise...
comme tu n'y crois pas trop, ne tiens pas compte de mes remarques
amicalement à toi
jean-marie


 



Louise 03/10/2009 10:04


"ma rude tolerance", ça c'est le plus beau compliment qu'on puisse me faire!
merci encore cher jean marie


marie-claude 02/10/2009 18:32


Quand une chose devient pesante, il faut pouvoir tourner des pages ... Puisqu'un blog n'est pas un roman inutile d'aller voir au bout comment vont se passer les choses, s'arrêter pour revenir quand
l'envie refait surface ... Ce serait triste pour les lecteurs comme de lire un livre qui s'arrêterait au milieu d'une phrase, nous laissant sur la faim ... C'est l'auteur qui décide et nous
respectons ...
Bon vent ! 


Louise 03/10/2009 10:03


merci


louise 02/10/2009 15:31


avec plaisir, cher Daniel, vos interventions sont toujours les bienvenues ici!


Daniel Fattore 02/10/2009 11:35


Je vous souhaite bon vent!
J'aurais plaisir à rester en contact avec vous, si vous le voulez bien.