Chute du mur

Publié le par Louise

Là, c'est le choc. Je ne suis pas la seule, en France et en Allemagne, et dans le monde entier je suppose, à tomber des nues en apprenant la nouvelle.

Gunter Grass, prix Nobel de Littérature en 1999, humaniste reconnu, écrivain talentueux, autorité morale de l'Allemagne, a reconnu le 12 août dernier, avoir fait partie des Waffen SS en 1944.

Auparavant, il disait n'avoir fait partie "que" de la "flak" (la défense anti aérienne), mais pas de l'unité d'élite du crime nazi. Il affirme qu'il ne se rendait pas compte à 17 ans de ce que représentaient les unités SS, il croyait que les crimes qu'on lui imputait étaient même de la propagande jusqu'au procès de Nuremberg où il s'est rendu à l'évidence...

Mais ce n'est pas tant cet enrôlement qu'on lui reproche - tant de jeunes se sont laissés prendre dans les filets glaireux du nazisme et s'en sont affranchis par la suite, on n'a pas toujours le choix - mais bien son silence. Lui qui affirmait "celui qui se tait est fautif " à propos de la construction du mur de Berlin en 61, s'est tu, lui, pendant 60 ans. C'est ça que personne ne comprend.

La honte peut être expliquerait ce silence, mais je crois qu'un tel homme, une telle intelligence aurait pu passer outre quand même... Un coup de pub? Sa biographie ("En épluchant des oignons") sortira en octobre? Belle publicité ma foi!! Je ne crois pas, non, trop négatif.

 Alors quoi? personne ne sait, même pas lui semble-t-il!

En attendant, on parle déjà de lui retirer son prix Nobel, et sa qualité de citoyen d'honneur de la ville de Gdansk (Dandtzig, sa ville natale) en Pologne car les autorités polonaises ont du mal à admettre qu'un ancien SS bénéficie de cet honneur. La presse se lâche aussi sur Grass, peut être un peu trop...Grass réplique en disant que certains profitent de ce scandale pour faire de lui une persona non grata. il y a sans doute du vrai là dedans.

Cette histoire serait la motivation de l'écriture de son autobiographie, car Grass porte sa jeunesse nazie comme une croix qui le souille depuis trop d'années.

Affaire à suivre certainement.

Publié dans mctproduction

Commenter cet article

Andy 18/08/2006 13:22

tiens je viens de lire ca sur lemonde.fr :
" l'écrivain invite les Allemands à une lecture attentive de son autobiographie, En épluchant les oignons, sortie mercredi en librairie, pour qu'ils "se [fassent] eux-mêmes une idée" de sa vie. "J'ai fait de mon silence un thème de ce livre, je n'ai pas cherché à fuir ce thème", a-t-il plaidé. "
Finalement, je commence a croire que le journal qui parlait de d'un coup de pub médiatique pour ce livre n'avait pas vraiment tort... D'autant qu'ils ont annoncé hier au jt de france2 (mais ils se sont peut être trompé...) que le livre de Grass devait sortir en librairie aujourd'hui...

Andy 17/08/2006 14:19

Justement, je suppose que ce journal parles là des propos de Grass lui même, qui a dit dans son itw au monde :
"les Waffen SS n'avaient rien de terrifiant, c'était une unité d'élite qui était toujours envoyée là où ça chauffait et qui, comme il était dit partout, essuyait les plus grosses pertes."
Mais puisque tu parles de littérature, un historien prend position sur le sujet :
"L'historien Hans-Ulrich Wehler estime que Günter Grass, 78 ans, a raté l'occasion de tout dire à la fin des années 1950, lors de la publication du Tambour, son premier roman dans lequel il revisite la période allant de 1924 à 1950 dans sa ville natale de Dantzig (Gdansk).  "
Perso, n'ayant pas ta culture en la matière, je ne connais aucun des deux, mais je trouve que ce Wehler n'a pas vraiment tort si Grass a vraiment écris le livre dont il parles... Toi la premiere, tu lui reproche son "trop long silence"... N'aurais tu pas préférée qu'il en parles dans ce livre des années 50?

Louise 17/08/2006 14:26

tu sors les éléments de leur contexte Andy:
 Grass n'a jamais dit: "les Waffen SS n'avaient rien de terrifiant, c'était une unité d'élite qui était toujours envoyée là où ça chauffait et qui, comme il était dit partout, essuyait les plus grosses pertes."
il a dit : " POUR MOI,- et je m'en souviens très bien-  les waffen SS etc etc etc........
C'est totalement différent!:! ATTENTION A CE QU 'ON DIT!!!!
Grass répète dans tout son entretien qu'il était d'une naïveté incroyable, qu'il lui a fallu NUREMBERG  pour comprendre ce qui s'était passé!

louise 17/08/2006 13:46

moi ce que je lis, ce sont les propos de Grass lui même, et sa honte terrible.
et plus le temps passe plus la honte s'accroit en même temps que l'impossibilté de parler de ça, car c'est trop tard, plus le temps passe et plus on se trouve face à l'impossibilté de parler.
que la presse aujourd'hui se lache sur lui, rien de plus normal, elle est  là pour ça mais  rien dans les propos de Gunter Grass ne "réhabilite" la SS, rien de rien, à aucun moment.
Il aurait dû parler plus tôt c'est évident, mais maintenant c'est une histoire entre Grass et sa conscience. Le reste n'est que littérature...

Andy 17/08/2006 13:35

ok, l'avis d'un journal de "gauche" alors :
Le Spiegel reproche à l'auteur d'avoir "réhabilité les Waffen-SS". "Si Grass en faisait partie et ne s'est pas sali les mains, les jeunes peuvent se dire que ce n'était pas si terrible que cela (...). Le monument est détruit, reste le socle."
 

Andy 17/08/2006 13:11

En attendant, les journeaux du pays le pensent aussi:
" Die Welt, qui a longtemps incarné les valeurs abhorrées par Grass, annonce "la fin de son temps de service en tant qu'autorité morale" et note que ses aveux ont été "stratégiquement" médiatisés à deux semaines de la sortie de son autobiographie, Beim häuten der Zwiebel (En épluchant les oignons). "

Louise 17/08/2006 13:28

forcement, c'est dit dans la phrase elle même: "die welt qui a longtemps incarné les valeurs abhorrée par Grass".... c'est un journal opposé à Grass, rien de plus normal à ce qu"il essaie de le descendre....