La gloire du coureur de fond

Publié le par Louise

Nous, septembriens, sommes les marathoniens des congès payés!

Si, si, je t'assure, lecteur.

Je serai en vacances samedi 29 août à midi.

Oui, j'ai poussé le vice à ne pas pouvoir prendre mes congès un vendredi soir, mais un samedi, pour porter l'attente à son apogée.

Et au téléphone, les collègues tout bronzés ou déjà redevenus blafards envient ma situation, eux qui ont leurs vacances derrière eux,  avec une pointe d'admiration dans la voix....

Des marathoniens de la RTT j'te dis!

Faut dire que j'ai fait mienne, en l'adaptant, la petite phrase du Tigre: "le meilleur moment dans l'amour, c'est quand on monte les escaliers".

Je suis assez d'accord, alors, je me tape des escaliers depuis 2 mois, juste pour le plaisir de me rapprocher du jour de la quille. Et pour la jouissance incommensurable de susciter l'envie et le respect des aoutiens et, pire, des juilletistes à la petite semaine, qui, incapables d'attendre, on dévoré leur temps comme un beignet gras sur une plage de la Grande Motte.

Mais là, à 4 jours de l'échéance, j'avoue qu'il me tarde de quitter la boîte, et bien malin celui qui me retiendra!






Publié dans couleur orange

Commenter cet article

Daniel Fattore 25/08/2009 15:03

Le titre de ce billet constitue une contrepèterie, non?

Louise 25/08/2009 15:53


bêtement, je cherchais à inclure le mot "gloire" dans cette fameuse contrepeterie que vous avez remarquée, Daniel, alors qu'elle m'avait échappé lors de la rédaction de ce papier...
oui, le "coureur de fond" est bien une contrepeterie, mais fort peu élaborée, il faut le reconnaitre.