Miracle et bistouris

Publié le par Louise


Miraculeuse en effet cette histoire de coeur greffé à un bébé de 8 mois.

En effet, en février 1994, on diagnostique à une toute petite fille, Hannah, née en 1993, une grave malformation cardiaque qui la condamne à très court terme.

Heureusement pour elle, on peut lui greffer, en 1995, un autre coeur dans la poitrine, suppléant le sien défaillant, mais sans retirer ledit muscle. La petite vit quelques années avec deux coeurs.

Bien. Ce n'est déjà pas fréquent- fréquent cette situation...

Mais comme le sort ne semble pas s'être contenté de gâcher la vie de ce bébé, le greffon est atteint, en 2001, d'un cancer.

Chimio, traitements lourds.... le cancer semble se résorber. Pour mieux rattaquer en 2003.

Re chimio, re traitements lourds, le tout, évidemment accompagné du traitement antirejet.

Du sévère en somme.

Mais le greffon reste malade.

Or, pendant ce temps, le premier coeur de la petite, lui, s'est régénéré, tout seul. Au repos pendant les années où le greffon a fait son boulot, le coeur initial est guéri.

La solution : retirer le greffon malade et laisser le coeur d'origine d'Hannah faire son boulot.
Ce qui fut fait en février 2008.

Depuis, le cancer a disparu, la jeune fille est , semble-t-il, en parfaite santé, avec son coeur à elle, sans traitements.

Je ne pensais pas que miracles et médecine pouvaient faire aussi bon ménage!

Cette aventure semble pouvoir ouvrir de nouvelles perspectives dans le domaine de la greffe: la greffe temporaire: greffer un organe en doublon, pour permettre au premier de se régénérer et de reprendre son rôle au bout de quelques années, libérant ainsi le malade de tout traitement antirejet extrêmement lourd.

Bon, ça ne va pas aider à convaincre les sceptiques du don d'organes.

Je me mets à leur place: donner un organe en sachant qu'il va être "sacrifié"  quelques années après, et ne servir finalement que de béquille provisoire, ça ne va sans doute pas faire bouger les mentalités dans le bon sens... Mais pour les malades, on a là une promesse d'avenir autrement plus belle qu'auparavant.

Comme quoi, on peut avoir un titre crétin et parler sérieusement.


Source :The Lancet Journal, Late donor cardiectomy after paediatric heterotopic cardiac transplantation, Pr Yacoub, 14 juillet 2009
Crédit photo : Rex Features/REX/SIPA©, 2009, sujet : Hannah Clark en 2009

Publié dans couleur orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

louise 17/07/2009 08:51

c'est vrai qu'en matière de médecine, le talent et l'ingeniosité des chercheurs et des medecins me fascineront toujours , je suis admirative devant ces gens, et je ne peux que constater les progres immenses qui sont faits chaque année, chaque jour presque.

jean-marie 16/07/2009 22:15

bonsoir, Louise,je crois parfois aux miracles... une prouesse exceptionnelle et ton optimisme !c'est vrai qu'il y a de quoi réfléchir en particulier au problème du don d'organes...amicalementjean-marie

Daniel Fattore 16/07/2009 09:53

Vu cette histoire également - c'est fort beau. Les béquilles pourraient-elles être artificielles? C'est une piste à explorer, non tributaire des donneurs d'organes, déjà trop rares pour assurer l'approvisionnement en "pièces" définitivement mises en place.

Louise 16/07/2009 10:23


artificielles...  sans doute y arrivera t-on un jour, mais il me semble difficile, pour le moment, de reproduire le fonctionnement complet d'un organe, dans un "format" acceptable pour le
patient.
mais je suis absolument certaine qu'on y arrivera!
l'ingeniosité et le talent humains sont sans limite, ça j'en suis persuadée, même quand il s'agit de faire le BIEN! ce qui est notable ma foi!!