C'est oun miracle Salomon!!

Publié le par Louise

Miracle, je ne sais pas, "sacrée" veine en tous cas, c'est sûr!

Un prêtre de 38 ans, Mauricio Zanes Condori, était en train d'officier devant ses fidèles, dans une petite église de Rodea del Medio, à 1000 km à l'ouest de Buenos Aires.

Soudain (musique de Jaws...), deux truands pénètrent dans l'église et demandent les sous, menaçant le prêtre avec une arme à feu.

Le prêtre refuse de donner quoi que ce soit, pour la simple et bonne raison qu'il n'y a rien à voler dans son église (tu ne mentiras point...).

Enervés, les voleurs lui tirent dessus.

Et c'est là qu'intervient le miracle.

Le prêtre s'effondre sous la balle, mais.............se relève peu après.

Allons, bon, vlà que la Louise va nous faire la démonstration de l'existence de Dieu maintenant, vous dites-vous!

Aha; pas tout à fait, mais la démonstration de l'existence de la Bible , oui.

Le prêtre a en effet été sauvé par la Bible. Pas par les textes, par le bouquin!

La balle a frappé le livre que le prêtre portait près de son coeur et a ainsi été, sinon stoppée, du moins considérablement ralentie.
Et le prêtre s'est relevé.
Les médecins qui l'ont examiné à la suite de cet événement n'ont dénoté que quelques éraflures sur sa poitrine.

L'histoire ne dit pas si les fidèles ont été plus traumatisés par l'irruption des brigands, la balle tirée ou le prêtre qui s'est relevé!

Publié dans couleur orange

Commenter cet article

Daniel+Fattore 29/05/2009 10:37

Un truc peut éventuellement être volé dans certaines églises, je le concède: les tuyaux d'orgue en étain (parfois dorés, comme c'est le cas à Guéret). Mais ça exige une action discrète, et à l'heure des orgues électriques abominables, ça devient moins courant... Le compositeur Giacomo Puccini était passé maître dans ce sport: il piquait les tuyaux de l'orgue dont il était titulaire et revendait le métal pour s'acheter des cigarettes. Cela l'obligeait à improviser de manière habile pour que la disparition des tuyaux ne s'entende pas...

Daniel+Fattore 29/05/2009 10:27

J'ai déjà dû voir ce genre d'histoire. Au cinéma, peut-être? Quant à dire qu'il n'y a rien à voler dans l'église, ce n'est pas vraiment un mensonge (comme vous semblez le sous-entendre en rappelant un des commandements), et c'est un bon conseil: ce qui se trouve dans les troncs est négligeable (surtout pour le boulot que ça demande!), et les ornements architecturaux et autres babioles sont trop repérables pour un voleur qui chercherait à les revendre. Sans compter que tout n'est pas or... parfois, les sculptures sont "simplement" plaquées or, voire peintes, quand elles existent encore. Calices, ciboires, etc.? Même remarque. Enfin, peut-être laissez-vous entendre que le brigand aurait dû rançonner les fidèles? En disant qu'il n'y a rien à voler, il dit en filigrane que ses ouailles ne doivent pas être victimes de vol non plus, et prend finalement, d'une certaine manière, leur défense.

Louise 29/05/2009 10:31


nooooon, Daniel, ma parenthese sur "tu ne mentiras point" était juste du mauvais esprit, de la mauvaise foi en somme!! vous n'etes pas sans savoir que j'en suis friande.

n'y voyez là que de l"humour, je vous rassure, je sais que les églises de campagne ne sont pas des reperes de nababs ou de tresors!