Déjà vu

Publié le par Louise

Alors comme ça, après les 2 millions de manifestants du 29 janvier, après les 2.5 millions d'hier, notre bon ministre décide de ne rien changer, de ne pas céder, de ne pas accéder à la moindre requête des salariés?

Cette attitude butée et suicidaire ne peut que me faire penser  à une autre attitude de mule entêtée.

Je vous parlais hier , en souriant, de ce mini "printemps des peuples" que devait être cette journée de mobilisation forte, en faisant référence, évidemment à La Révolution de 1848, toute proportion gardée, hein...

Une des figures de cette révolution, fut bien entendu le chef du gouvernement de l'époque, le froid et gris Guizot. François de son prénom, tiens.

Le principal ministre de Louis Philippe dirigea la France durant la crise économique, morale et sociale qui frappait le pays depuis 1846.

Il refusa, obstinément, de modifier la loi électorale française qui privait 95 % de la population du droit de vote, à cause du cens et de la nécessité d'être propriétaire pour être électeur. Obstinément, il refusa de voir la colère monter en France, il offrit des fins de non recevoir aux demandes de l'opposition, il ne voulut pas voir la colère immense des rues de Paris,  il refusa de voir que les réunions politiques lors des fameux "banquets" étaient vitales, il les interdit purement et simplement.

Obstinément.

Droit dans ses guêtres, le Guizot.

Droit dans ses guêtres, il prit la Révolution de 48 dans les dents. Et ni Louis Philippe, ni lui ne survécurent politiquement à ce soulèvement. Ca a duré 3 jours...

Maintenant, 1848 est devenu un chocolat... On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a....



Publié dans couleur orange amère

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Enzo 23/03/2009 14:00

Eh oh, pas cet été ! On n'a pas encore signé le traité d'alliance avec les musulmans !

dominique boudou 20/03/2009 19:22

Pas impossible que ça pète avant l'été. Je le souhaite mais je crains les débordements de la violence.

Louise 20/03/2009 15:38

je suis bien d'accord avec toi Jean Marie quant à la biographie de Monsieur Guizot. je n'ai voulu appuyer que sur son aspect rigide face à la Révolution de 48 auquel Fillon m'a immanquablement fait penser. Leur côté glacial et terne aussi.

jean-marie 20/03/2009 14:32

Bonjour, Louise...rigidité contre agitation... conservatisme en face de la révolte... de la révolution peut-être...après le bel élan populaire de février 48, il y eut les journées terribles de juin... et la bourgeoisie garda la main... (c'est vrai, tu as prévu l'objection "toute proportion gardée")ma chère Louise, je ne veux surtout pas avoir l'air de pontifier... mais au passage je te signale que la biographie (cf Wikipédia) de Guizot (qui m'est apparu pendant longtemps comme un parpaillot cévenol particulièrement sévère) est très intéressante et réserve quelques surprises... m'étonnerait même que "notre" Fillon et les autres atteignent  cette dimension...je vais finir par barber tout le monde...amicalementjean-marie