"Dieu, pourquoi es-tu resté silencieux?"

Publié le par Louise

Ce sont les mots que le pape a prononcés à Auschwitz dimanche, devant le symbole de l'horreur absolue, du mal total, de la barbarie des hommes. Bref, je ne veux pas épiloguer sur la foi en Dieu du pape, ce n'est pas du tout mon propos.

Une chose m'a interpellée (outre le contexte et le contenu de cet article bien entendu ) en lisant l'article du Monde tout à l'heure, ce sont ces quelques mots en haut de l'article:

" Auschwitz - Birkenau. Envoyé Spécial"

Je ne sais pas ce que ça vous inspire, mais moi, ça m'émeut terriblement, car ces quelques mots, si on les avait lus pendant que Birkenau broyait 6 millions de personnes, peut être que le cours de l'histoire en aurait été changé, peut être que des êtres humains auraient été sauvés, peut être que la monstruosité aurait été stoppée plus tôt, épargnant des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants.

 

Publié dans mctproduction

Commenter cet article

Andy 31/05/2006 01:06

Moi, ce qui m'a le plus choqué c'est ce qui a égalemrnt choqué les polonais : les propos du pape sur les "inocents allemands"!
Petits exemples de ce qui a été dit dans les journeaux dispos sur le net  :
"Insistant sur sa présence «en tant que fils du peuple allemand», le souverain pontife a attribué la responsabilité des crimes nazis à un «groupe de criminels» ayant «abusé» le peuple allemand et a interprété les crimes de l'Allemagne hitlérienne contre les Juifs comme une «attaque contre le christianisme», se gardant bien d'évoquer le rôle peu reluisant du Vatican durant le IIIe Reich. "
ou encore ce que les allemands eux même en ont pensés :
"Antisémitisme. Les commentateurs ne vont pas jusqu'à parler de «révisionnisme». Mais «le discours du pape paraît à certains endroits très apologétique, estime le grand historien allemand Heinrich August Winkler. On ne peut pas présenter les Allemands comme des victimes, car en 1933 ils auraient pu voter autrement. Ils n'étaient pas obligés de choisir le NSDAP à 43,9 % et ses partis alliés à 8 %, offrant ainsi la majorité à Hitler. Par ailleurs, Benoît XVI ne peut pas ignorer que, jusqu'à la fin, une majorité a adulé Hitler comme un dieu et qu'il fut longtemps la personnalité politique favorite des Allemands». L'absence de référence à «l'antisémitisme» a aussi choqué. «Des paroles claires auraient été nécessaires, affirme Winkler. Il aurait dû évoquer la haine des Juifs très ancrée dans la tradition de l'Eglise, et l'antisémitisme qui imprégnait la société allemande dans les années 30.» "
Et je vous passe les réactions des autres pays... Apres tout, c'est encore en ligne ;-)
Certains journeaux (je ne retrouve pas lesquels) ont même affirmés que le pape aurait parler de la Shoah en des termes... Qu' un pape ne devrait pas utilisé a mon avis...

Anne-Lise 30/05/2006 20:40

Rien dans une vie n'est dû au hasard, on doit prendre les choses comme elles viennent... les "si" ne nous emmenent pas loin, ils ne font que faire cogiter nos esprits sur des choses qui n'en vaudront plus la peine quand on en aura pris conscience...
Bonne soirée!!!

lisa 30/05/2006 18:04

j'ai dû loupé un épisode, c'est bien ce qui me semblait !

louise 30/05/2006 17:59

je me suis exprimée à ce sujet dans "Jaures me manque" mais tu peux imaginer que je n'en pas de bien!!! j'ai honte!!

lisa 30/05/2006 17:57

et au fait Louise on aimerait bien connaître ton opinion sur "l'affaire Guy Drut" ?