La vie c'est comme une dent

Publié le par Louise


La vie, c'est comme une dent
D'abord on n'y a pas pensé
On s'est contenté de mâcher
Et puis ça se gâte soudain
Ca vous fait mal, et on y tient
Et on la soigne et les soucis
Et pour qu'on soit vraiment guéri
Il faut vous l'arracher, la vie.

Boris Vian.

Je suis passée à la vitesse supérieure en ce qui concerne mon amour pour Boris.

J'ai attaqué la poésie, en plus de me délecter de sa prose.

Tout n'est pas accessible immédiatement, mais dans l'ensemble, comme pour ses romans en fait, il suffit de se laisser porter par les mots, leur rythme, leurs sonorités.

Et comme pour sa prose, je suis tombée en admiration devant sa poésie. Bon, je ne suis pas objective, c'est vrai. J'aime tellement Vian, que l'approche de sa poésie est déjà gagnée!

Je vous recommande vivement la lecture - très rapide- des poèmes contenus dans "Je voudrais pas crever", dont, le très fameux poème éponyme, et le texte repris en chanson par le meilleur interprète de Vian (à part Vian lui même, mais c'est tout personnel, j'aime Vian, hein?? je radote??) Serge Reggiani, "Quand j'aurai du vent dans mon crâne".



L'étape suivante sera de me coltiner aux lettres et autres écrits concernant le Collège de Pataphysique (la sciences des solutions imaginaires) , dont Vian fit partie durant les  sept dernières années de sa vie, de 52 à 59.

C'est plus ardu, car la pataphysique peut se révéler, disons, obscure pour le moins, mais c'est comme le reste de l'univers de Vian, il suffit de se laisser porter.



Publié dans coups de coeur

Commenter cet article

jean-marie 30/01/2009 02:14

Bonjour, Louise...de retour de vadrouille dans quelques coins de la France du sud et de l'Espagne (Catalogne) sinistrées...quel plaisir me fait ton article !on ne se lasse jamais de Boris Vian...Tout Boris Vian même Vernon Sullivan !je viens de faire mes délices du "Goûter des généraux"...amicalement jean-marie

marie-claude leloire 27/01/2009 15:43

et ...rue des ravissantesle chevalier de neigederrière la ziziquele dernier des métiersl'équarrisage pour tous le goûter des générauxelles se rendent pas comptetraité de civismeles morts ont tous la même peauj'irai cracher sur vos tombesl'herbe rougele loup-garouet on tuera tous les affreuxmais celui que j'aime par-dessus tout c'est l'arrache-coeur ...

Louise 27/01/2009 07:56

ah, j'avoue que Flaubert fut un de mes premiers auteurs favoris, et puis , très vite, j'ai rencontré l'Arrache coeur et l'Ecume des jours, alors....

dominique boudou 27/01/2009 07:11

Je suis bien heureux que Vian continue à plaire cinquante ans après sa mort. Tant d'écrivains de haut vol tombent dans l'oubli. Qui lit Flaubert aujourd'hui, à part à l'école et à la fac ? Bonnes lectures poétiques.