Tu l'as vue toi la crise?

Publié le par Louise

Je l'entends chaque matin à la radio, je la vois chaque soir à la télé, je la devine dans les journaux, je l'entends roder dans les bruits de couloir, la crise. Mais de mes yeux, non, je ne la vois pas.

Hier soir, votre dévouée, comme tout bon mouton consommateur, est allée faire ses derniers achats de Noël en centre ville.

Et elle n'était pas la seule ma foi!

Les rues commerçantes de Limoges étaient noires de monde, comme aux plus belles heures des soldes d'hiver, la foule montait, descendait, et pas à vide, non, non, avec des paquets plein les mains. Dans les boutiques, la queue partout, des hommes malheureux attendaient leurs épouses devant les magasins de fringues, les ados se déplaçaient en bancs, les autres furetaient en solo entre les vagues de shoppeurs pressés.

Du monde partout.

Déjà, la semaine dernière, j'avais constaté que la crise ne semblait pas trop affecter le moral des limougeauds pendant que je faisais la queue chez le meilleur chocolatier de la ville, le plus cher accessoirement. Les 12 personnes devant moi et les 10 derrière ne semblaient pas franchement perturbées par la chute du CAC40.

Alors quoi?

Limoges serait épargnée? Je ne le crois pas.

Et chez nous aussi, les usines ferment, et quand il n'y a que très peu d'entreprises, une seule fermeture signifie une catastrophe économique. Chez nous aussi, le chômage guette, le RMI s'insinue, la crainte du lendemain est là, mais on dirait que les gens ont envie d'oublier un peu le marasme. En dépensant.

J'ai conscience d'être encore une fois extrêmement privilégiée, du fait de ma situation professionnelle confortable, mais les gens que j'ai percutés croisés hier soir dans les rues n'ont certainement pas tous le même statut que moi, et pourtant, la fièvre acheteuse était bien là.

Est-ce le signe de l'espoir envers et contre tout, ou au contraire, une fuite en avant, un suicide économique, comme le fumeur qui se sait atteint du crabe mais qui fume plus encore, quitte à crever, autant en profiter avant....

Advienne que pourra, sans doute.

Publié dans couleur orange

Commenter cet article

marie-claude leloire 23/12/2008 23:27

C'est la trêve de Noël, comme ils disent, il faut profiter une "dernière" fois à coup sûr du champagne qui pétille, du chocolat qui adoucit, des lumières de la ville, du contact des gens ... La crise attendra bien encore un peu pour nous démoraliser ...profites toi aussi Louise et JOYEUX NOËL !

Lambert Palis (jean-marie) 23/12/2008 18:44

bonjour, Louise...petite conversation sympa entre Limougeauds, c'est bien vrai, ici c'est un lieu d'échange, "de partage d'infos et d'idées"...ton article est très plaisant en cette période de fêtes mais la réalité y est toujours présente et hélas je pense que la réaction des gens n'est pas signe d'espoir... la consommation à outrance, "panem et circenses" de la crise ?amicalementjean-marie

Ali 23/12/2008 17:37

La crise ? Quelle crise ?

jean 23/12/2008 11:50

y qu'a demander...

http://www.qype.fr/place/153447-Elyxir-Limoges

Louise 23/12/2008 11:34

figure toi que je ne sais même pas où se trouve la rue du mas loubier.... c'est balot hein!