Représentation du peuple...

Publié le par Louise

Le fameux article supprimant la pub sur le service public de 20h à 6h à partir de janvier 2009 a donc été adopté cette nuit.

Par 30 voix contre 18.....

Ils étaient où les autres? Devant leur télé?

Publié dans coups de gueule

Commenter cet article

Prodeo 16/12/2008 18:18

Prodeo 15/12/2008 14:23

Marie-Claude, La première question à se poser n'est-elle pas : est-ce que la télévision doit être du domaine d'un service public ? Si c'est pour proposer au public un vrai bouquet culturel et patrimonial de qualité, je dis oui. Mais, si c'est pour faire comme les chaînes commerciales et privées ou pour servir d'outil de propagande au système, je dis clairement et catégoriquement non. D'ailleurs, les chaînes privées ne devraient pas recevoir le moindre euro d'une redevance ou d'une subvention. Qu'elles s'autofinancent avec la pub ou tout autre moyen commercial clair et transparent. Actuellement, toutes les chaînes offrent pratiquement le même programme et les mêmes informations. Le tout réduit au plus petit dénominateur commun. C'est d'une telle tristesse que je préfère lire et entendre la radio. J'ai abandonné la religion cathodique pour embrasser la religion catholique. Quel changement de hauteur !

Lambert Palis (jean-marie) 15/12/2008 00:51

merci, Prodeo, pour la précision...ma remarque n'était qu'un boutade sans portée aucune !supprimer une chambre ne changerait pas grand-chose...de Gaulle s'y était cassé les dentsje sais bien que les solutions sont ailleurs...et certainement beaucoup plus radicales !amicalementjean-marie

marie-claude leloire 14/12/2008 21:18

Ce n'est pas qu'on pleure sur la disparition de la pub, mais où ira t-on chercher l'argent perdu par elle payé ? faut-il s'attendre à la disparition future des chaînes publiques ?

Prodeo 14/12/2008 19:45

Jean-Marie, Permettez-moi d'attirer votre attention par le bon bout de la lorgnette. Ce n'est pas le bicamérisme du Parlement qui est en cause. Le vrai problème réside dans la pauvre formation des électeurs qui croient choisir en connaissance de cause et la confiscation du pouvoir démocratique par des partis politiques qui ont vérouillés le système à leur profit. Ajoutons-y, pour faire bonne mesure, le problème de notre perte de souveraineté orchestrée par nos présidents depuis les fumeux accords de Maastricht.