Christian Fechner

Publié le par Louise

Dans l'univers du cinéma, il est plus fréquent de parler des acteurs et des réalisateurs que des producteurs.

 

On rechigne à méler art et gros sous, même s'ils sont étroitement liés.

 

Mais aujourd'hui, je ne peux pas ne pas rendre un dernier hommage à un des producteurs les plus prolifiques du cinéma français, Christian Fechner, décédé hier à l'âge de 64 ans.

 

Il a été le producteur des dizaines de comédies populaires, dont je suis friande pour leur côté kitsch, décalé et potache, comme la série des Charlots, mais aussi des succès de Louis de Funès, dont L'aile ou la cuisse ou La soupe aux choux, mon tout premier film au cinéma, ou encore un de mes films cultes (et ouais, chacun ses références!) Papy fait de la Résistance, avec une Maillan brillantissime. (A noter, une de ses répliques fait aujourd'hui partie de mon vocabulaire: "je rafole de ce genre de soirée" avec l'accent grande bourgeoise de Madame Bourdelle. )

 

Bref.

 

Fechner, c'est donc tout ça, mais pas que.

 

Il a également produit La Tour Montparnasse infernale, film dont, à mon avis, le cinéma français aurait pu allègrement se passer. Il en faut pour tous les goûts.

 

Fechner c'est aussi des films moins légers, comme Elisa, Camille Claudel ou Les enfants du Marais.

 

Dernièrement, il avait continué dans la veine des comédies populaires, avec les Bronzés 3 en 2006 ou  l'Auberge Rouge en 2007. Personnellement, j'ai détesté les Bronzés et je n'ai pas eu la moindre envie de voir Balasko et Jugnot en tenanciers d'auberge assassins.

 

Tous les goûts sont dans la nature. J'aime Les Fous du Stade et Les Bidasses s'en vont en guerre, je n'aime pas Eric et Ramzy.

 

Mais, qu'on aime ou pas, il faut quand même reconnaître que Fechner avait le "nez" pour savoir ce qui allait marcher et plaire à un public nombreux, sans pour autant, la plupart du temps, faire du cinéma de deuxième zone.

Publié dans cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le President 27/11/2008 15:32

Je vais ajouter Le Ruffian et Chouchou ! Il a aussi eu , jeune en 1976 , le courage d investir pour Claude Zidi dans "l Aile ou la cuisse" alors que personne ne voullait assurer Funes a cause des ses nombreux infarctus. Il a egalement lancé Antoine et ses musiciens les Problemes qui deviendront les Charlots. A noter qu il est le frere de Jean Guy Fechner qui va surement reprendre la boite aujourd hui!!
 
Fechner etait un incontournable comme Poiré fils , Claude Berry ou Alain Terzian

Lambert Palis (jean-marie) 27/11/2008 14:47

Bonjour Louise...si je n'apprécie pas tellement quelques-uns des films dont tu parles (mis à part "Camille Claudel" que j'aime bien) je suis d'accord avec certains de tes propos : "Tous les goûts sont dans la nature"... c'est normal et "il est plus fréquent de parler des acteurs et réalisateurs que des producteurs"... Mais il est quelques producteurs qui ont joué un rôle important... et mon exemple favori est celui de Bob Guccione imposant à Tinto Brass les scènes qui ont permis à "Caligula" de devenir un film culte... (La version "longue" évidemment). horrible et génial...Je suis hors sujet ? j'y reviens, je suis triste de voir quelqu'un lâcher la rampe à 64 ans...amicalementjean-marie

Enzo 27/11/2008 11:35

"Le général a vu une photo de vous, avec votre costume. Il a été sans étours, il a dit : ça craint !"

Louise 27/11/2008 11:21

et bien, ce jour est à marquer d'une pierre blanche, car je rejoins parfaitement Enzo pour une fois!!
et que dire de la prestation féline de Gustav, le chat décoré par Hitler!)
l'art fait des merveilles, moi j'vous l'dis!!

Enzo 27/11/2008 09:43

Ahhhh... Papy fait de la Résistance !!! Grandissime... Moi mes phrases cultes c'est plutôt :
- le dialogue avec Kuglisch qui piétine les soi-disant topinambours
- "Il va y avoir de la mutation sur le front de l'Est, peut-être pire..." (je la sors assez souvent)
- "Transmet à ton beau-frère !" (le général Sponz giflant Kuglisch)
- "Ils ont un très bel élevage de 2000 porcs dans le Sussex, il faut leur gratter la couenne tous les jours, dans ce métier on n'a pas souvent son dimanche..."