Médecin de campagne

Publié le par Louise

Que penseriez vous d'un médecin qui , lorsque vous l'appelez pour demander un diagnostic médical clair et professionnel au sujet de votre grand père de 82 ans, cardiaque, ponté en 1981, avec un pace maker depuis 2 ans, et souffrant depuis des semaines d'un calcul à la vésicule biliaire, vous répond : " il est plaintif quand même" ?

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans couleur orange

Commenter cet article

Ali 24/11/2008 18:14

Si les médecins étaient tous doués dans les rapports humains, ça se saurait... ma soeur par exemple, qui se tape une hernie discale, cumule les visites chez des connards en tout genre... mais médecins quand même.
Et puis en ce qui concerne les personnes agées, je sais pas pourquoi, on dirait que pour les médecins, ils ont moins de valeurs que les autres...

dominique boudou 24/11/2008 17:32

La désertification médicale pose le problème de l'égalité devant les soins. Disons que ce médecin a été maladroit.

louise 24/11/2008 16:10

et encore, ce medecin là est un des plus "attentifs" qui ait suivi mes grands parents... le précédent était une tête de noeud en plus d'etre un jem'enfoutiste.
il est vrai que les jeunes médecins preferent la ville et sa clientele nombreuse, en cabinet, plutot que la campagne où il faut se deplacer dans la rase campagne pour aller à la rencontre des malades.
pourtant, et je suis consciente du cynisme de mes propos, ils se feraient du beurre, car les campagnes sont souvent peuplées de personnes âgées, malheureusement souvent malades.
en l'occurrence, c'est le cas, mon grand père est malade depuis 28 ans de demi, il est un "bon client" pour les médecins. (là encore je suis consciente du cynisme de mes propos, mais la réalité aussi l'est).
 

marie-claude leloire 24/11/2008 15:42

qu'il soit débordé ou non, de ville ou de campagne, un médecin digne de ce nom pourrait être plus humain ...

jean-marie 24/11/2008 15:16

bonjour Louise...les méthodes autoritaires me déplaisent en général.mais les incitations en faveur des jeunes médecins qui s'installeraient en zone rurale ou défavorisée ont échoué...je connais dans le midi pyrénéen tant de villages qui attendent depuis fort longtemps... et pourtant bioendes mairies font de gros efforts...plutôt le SMIC (sais pas si ça existe encore... c'est le RMI ?) dans une grande ville que la vie chez les ploucs ?il y a aussi beaucoup de vrai, hélas, dans la remarque de Thierry à propos des soins aux personnes âgées...amicalementjean-marie