a kind of magic

Publié le par Louise

La vie recèle des mystères que nous autres, pauvres humains cartésiens, ne pouvont appréhender.

Ainsi votre dévouée, ce matin même, a fait une rencontre d'un type tout particulier, du genre:  "le truc qui n'arrive jamais, même pas en rêve".

Il faut dire que j'ai des bases, des prédispositions naturelles à faire ce type de rencontre; c'est génétique: ma mère, dans ce genre, avait, par un miracle toujours inexpliqué, réussi à se coincer une oreille dans la portière de la voiture. La science s'interroge encore.

Et voilà que cette capacité se reporte aujourd'hui sur moi. La maturité sans doute, 31 ans dans 9 jours, deux cheveux blancs dégotés hier dans ma jungle capillaire, ça ne rigole plus.

Bien.

Ce matin donc, chevauchant mon vélo dans les rues de la ville (prendre l'accent de Demis Roussos chantant le générique du Jeune Fabre, pour ceux qui ne se représentent pas cette voix, you tube est là! ), je me rendais à mon travail. Quand soudain, mon pied gauche refuse de pédaler et bloque mon vélo en plein traffic.

Vérifiant l'incident, je m'aperçus que mon lacet s'était enroulé autour du pédalier, mais pas seulement. Il avait pris soin, avant de s'enrouler, de se coincer dans l'interstice situé entre la pédale et le bras de pédalier.

Ainsi, lorsque je me suis aperçue de l'incident, lancée en roue libre, forcément, il a fallu que je grimpe sur le trottoir pour dénouer mon lacet. Mais, vous avez suivi, ma chaussure restait prisonnière. J'ai dû me battre, en pleine rue, attachée à mon vélo par un lacet récalcitrant, pour libérer mon pied sans pour autant perdre toute dignité. Pas simple. J'ai compris à ce moment là, la détresse du renard pris dans un piège, j'étais prête à me ronger le tibia pour me dégager, ce qui n'aurait pas été intelligent car je n'aurai pas pu continuer à pédaler après.

Bref.

J'ai réussi à vaincre le lacet, c'est ça aussi la supériorité de l'intelligence sur la force brute, et à repartir, mais je me demande encore comment ce satané bout de ficelle a pu se glisser dans un espace moins large qu'un cheveux.

Ces objets sont doués de vie propre... "Objets inanimés, avez-vous donc une âme?", aurait dit ce brave Alphonse...Tiens, c'est le bac philo ce matin.

Publié dans couleur orange

Commenter cet article

Louise 19/06/2008 14:18

> jean marie: merci!!! ravie que ça t'ait plu! c'était le but en même temps, j'ai besoin de me détendre en ce moment!

jean-marie 19/06/2008 12:20

Un véritable gag à la Hulot...et si bien raconté !amicalementjean-marie

Éric Poindron 16/06/2008 14:18

"IL FAUT SAUVER LE BATEAU LIVRE",

Dernières nouvelles et remerciements de Dominique Ferney à tous les internautes et les passionés du livre...

MAGNIFIQUES LES BLOGGERS !

ON SE BAT !

LE VENT EST PEUT ÊTRE EN TRAIN DE TOURNER.

JE SUIS SUR I-TÉLÉ LUNDI MATIN

JE VOUS TIENS AU COURANT.

FRED.

Alors continuez à écrire et à faire passer le message...

Et chaque jour, sur http://blog.france3.fr/cabinet-de-curiosites;

de nouvelles informations et l'évolution de la situation.

Envoyons le message à tous nos amis, blogeurs, lecteurs, journalistes, critiques, professeurs, bibliothécaires, libraires, écrivains, éditeurs, homme libres...__

* __Lançons une pétition si il le faut... par exemple.__

Relayons la lettre et le message sur tous les suports possibles. (Blog & autres médias)__


MERCI DE DÉPOSER VOS MESSAGES DE SOUTIEN SUR LE BLOG :

http://blog.france3.fr/cabinet-de-curiosites

"IL FAUT SAUVER LE BATEAU LIVRE",

Le comité de soutien.

http://blog.france3.fr/cabinet-de-curiosites

Loïs de Murphy 16/06/2008 14:18

Sinon prépare ta plume pour  Youssef Chahine, ça sent le sapin :o(