roman

Publié le par Louise

La quatrième page du roman est arrivée:

-         Je ne descends pas, je vous attends là, j’ai trop peur.

-         Que veux-tu qu’il nous arrive ? Il n’y a plus rien là-dessous, sinon quelques rats, assène Julien, autant pour la rassurer que pour se donner du courage.

Ce n’est ni l’heure, ni le lieu de gâcher notre envie, et finalement je trouve que Maud a raison. Je sais qu’elle veut descendre avec nous, mais je me range à son avis.

-         De toute façon, une fois que nous serons remontés, tu pourras aller la voir à ton tour avec l’un d’entre nous, ce n’est qu’une histoire de temps.

Elle allume une énième cigarette et nous sentons qu’elle regrette déjà son sacrifice. Elle ajoute :

-         Je vais m’asseoir sur un banc, pas trop loin, en vous attendant. Vous, vous descendez et j’irai voir la rue ensuite, ou bien vous me raconterez.

Comme une mère à ses enfants, elle nous embrasse tous les trois, jette sa cigarette, et nous souhaite bon courage pour notre exploration. Il y a ce soir entre nous quatre comme une sensation bizarre. Une sorte de malaise hors de proportion au vu de la modeste aventure qui nous attend. La nuit, les lampes, les égouts, tout participe de cette atmosphère un peu lourde et tend à dramatiser la situation. Aucun de nous ne tente cependant de briser cette ambiance et nous quittons Maud pour découvrir ce qui se cache sous la place. Julien soulève la plaque et nous glissons dans le cercle froid et noir. Un dernier regard vers Maud et nous descendons le long de l’échelle rouillée. Nous sommes extrêmement nerveux. Julien replace la plaque et nous partons dans les couloirs souterrains vers la rue interdite.

à suivre...

Publié dans Roman

Commenter cet article

Olivier 02/03/2006 02:03

Alors il y a un scoop ! On sait qu'il est un homme.

titi sans grominet 02/03/2006 01:55

Disons que je tiens l'info de quelqu'un qui le côtoie souvent et depuis un certain temps déjà (au-delà de la décade pour vous dire qu'il sait de quoi il parle...). Evidemment, ce n'est rien à côté de ses qualités de coeur, sa générosité mais il m'a dit que son côté vaniteux l'agaçait beaucoup, malgré tout. D'ailleurs, il pense qu'un homme de coeur n'est pas vaniteux et c'est pour ça qu'il ne comprend pas pourquoi il est comme ça...

Olivier 02/03/2006 01:46

Toi tu es fort ! Je ne sais meme pas qu'elle ami ou amie de Louise écrit ce roman donc je ne peux me permettre de porter un jugement.

titi sans grominet 02/03/2006 01:13

A partir du moment où il perdra un peu de sa vanité (seulement un peu car complètement serait une lubie...), il sera apte à recevoir des encouragements de ma personne! ;-)

Olivier 02/03/2006 01:08

Ca lui fera plaisir mademoiselle................... car il n a pas beaucoup d'encouragements sur ce blog du moins !