un goût étrange

Publié le par Louise

Noooooooooon, je n'ai pas expérimenté le goût de la langue râpeuse d'Hercule, je vous rappelle que l'inceste est un crime!

Non, j'ai une impression étrange, un goût bizarre dans l'arrière nez (vous voyez où ça se situe, l'arrière nez? bon!), une sensation fort déplaisante.... d'écartèlement, rien que ça ( je vous laisse expérimenter l'écartèlement dans l'arrière nez! Le plus dur, c'est d'y faire rentrer les chevaux! )

Oui d'écartèlement, je trouve que notre pays est écartelé en ce moment entre divers chevaux de bataille du gouvernement, des syndicats, des décideurs, des économistes, des gens de culture....

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais ça m'a fait cet effet ce matin, alors que je me brossais les dents avec entrain et du dentifrice (ouiii, j'aime les figures de style basiques!). A la radio, une dame se félicitait que le gouvernement adopte une loi de promotion et de défense des langues régionales. Et mon sentiment d'écartèlement est né de là.

Je ne saurais expliquer clairement pourquoi, mais j'ai la sensation que notre pays tend à la fois vers une nostalgie du "temps jadis où c'était mieux" et une frénesie d'avenir: on roule à vélo, on prône le cheval dans les champs et les bois, on réhabilite le couches lavables en coton, on favorise les patois, on fait la part belle aux petites épiceries des bourgs (M6 hier soir), on défend les facteurs à vélo (Michel Drucker il y a 15 jours)  mais dans le même temps, on construit des airbus gigantesques, on vote une loi qui va permettre à la France de se couvrir de maïs OGM, on va permettre à d'énormes grandes surfaces de s'implanter de façon anarchique sur le territoire en faisant crever les centres urbains tout en continuant à faire monter les prix des marchandises (passque quand même faudrait voir à pas nous prendre pour des cons avec cette histoire de concurrence).

La France souffre en ce moment, elle s'asphixie complètement et cherche dans la nostalgie sa bouée de sauvetage: mai 68 en est un exemple frappant.

Comme me le disait un ami à moi récemment, né en 1944, "en 1968, on ne s'intéressait pas du tout à ce qui avait pu se produire 40 ans auparavant, en 1928. Cet engouement pour mai 68 est vraiment singulier." Et c'est vrai. Mais en 1968, (je parle sans savoir, comme souvent me direz vous, oui, certes, mais j'm'en fous) on se tapait du passé, on voulait en faire table rase et dessiner un nouvel avenir, fougueux, libre, joyeux et coloré.

Mai 2008, on flippe pour le pétrole, pour l'Euro, les marins bloquent la France, bientôt les routiers, la moitié des Français craint de devenir SDF et l'autre moitié est déjà Rmiste, les hommes assassinent leurs femmes sous les fenêtres des voisins et personne ne bouge (fait divers survenu avant hier à Limoges même), comme l'aurait dit Roger Giquel en son temps, "la France a peur".

Ben ouais, la France flippe d'avancer dans le temps, alors elle se "nostagise", voire se "poujadise", mais en même temps elle file à toute vitesse vers cet avenir qui la terrifie.

Drôle de sensation que celle de l'écartèlement et de la schizophrénie.... J'aime pô...

(L'oeuvre qui illustre ce papier est signée Geroges Mathieu, il s'agit de L'écartèlement de François Ravaillac, 1990.)

Publié dans couleur orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Leloire Marie-Claude 27/05/2008 16:30

serions-nous sur le chemin de la décadence ? Bien des sociétés qui jadis étaient civilisées se sont retrouvées reléguées aux temps moyennageux où il faisait si bon vivre ... faute d'avoir su défendre leurs avancées ...

jean-marie 27/05/2008 15:15

y en a qui suivent pas trop en classe !l'était pourtant si mignon le nouveau né cargol !amicalement jean-marie

Loïs de Murphy 27/05/2008 13:07

C'est qui Hercule ?

jean-marie 26/05/2008 19:28

Bonsoir Louise, je veux te dire simplement mercipour ta compréhensionamicalementjean-marie

louise 26/05/2008 16:42

ça c'est du parcours politique!! c'est sans doute ce qui fait que j'apprecie vraiment tes vistes ici!! nul besoin de masochisme! amicalement