des rouges et des verts

Publié le par Louise


L'histoire réserve des surprises à chaque instant, c'est ce qui fait son charme sans doute.

L'histoire de l'Europe a été particulièrement violente tout au long des siècles zet des siècleuh, amen.

Une des plus grandes hontes de cette histoire, parmi tant d'autres, fut le fameux Rideau de Fer qui balafrait le continent du nord au sud et découpait l'Europe en deux, les blancs d'un côté, les rouges de l'autre. Ce rideau de fer, n'était pas un rideau en fer, bandes de sauvageons, mais une bande où aucune présence humaine n'était tolérée, un no man's land absolu qui courait de la Scandinavie à la Grèce.

Cette bande de terrain absolument neutre et vide est encore visible.

Elle a quelque peu changé de fonction, vu qu'elle n'en a plus, du moins au point de vue politico-stratégique.

Mais elle a acquis une nouvelle utilité, fort singulière et inattendue, au vu de son origine. Elle est devenue, par la force des choses, une "bande verte". Un paradis écologique en somme!

Le no man's land stalinien s'est changé en réserve biologique de premier ordre du fait de sa totale virginité.

Aucune main humaine n'a eu le droit d'y poser le pied (ouais, j'aime bien cette expression), aucune industrie n'y a été implantée durant plus de 30 ans. Les arbres, les rivières, les animaux s'y sont développés à l'abri des frasques humaines.

En Autriche par exemple, cette bande  verte abrite une rivière où des dizaines d'espéces de poissons vivent totalement à l'abri de la pollution alentour. Les autorités souhaitent développer cet atout biologique de premier choix, et particulièrement singulier, grâce à l'éco-tourisme. Elles utilisent en outre les richesses écologiques de cette bande verte, pour faciliter la réinsertion des personnes en grande difficulté, toujours par le biais de l'éco- tourisme.

Il semblerait que ce no man's land, paradis des papillons, soit encore préservé durant une vingtaine d'années, du moins en Autriche. Aucun projet industriel n'a été validé dans cette zone, et l'Europe a bien compris tout l'intérêt qu'elle peut tirer de ce paradis écologico-historique.

Espérons que ça tienne! Pour une fois qu'une idée de dictateur serait bonne, faut sauter sur l'occasion!

Publié dans coups de coeur

Commenter cet article

jean-marie 19/05/2008 19:24

La paix en ces lieux et le  foisonnement de vie qu'elle permet risque en effet, je crois de n'être qu'une parenthèse...je souhaite me trompermais il faut savourer le paradoxe tant qu'il en est encore temps...amicalementjean-marie 

UN chouka 19/05/2008 17:56

Je ne veus pas vous décevoir, mais des lors que l'écotourisme aparait,ou ses proches ,le sol se couvre de batisses, d'hotels ,de clotures,etc  .Vu dans le vèrcors qui portant ne rigole pas avec le rèspèct de la nature .La foret de SAOU,dans la Drôme a connue une pèriode d'incèrtitude avec pour acheteur une banque ,je crois . 

Louise 19/05/2008 08:49

c'est une nouvelle écologie, l'écologie industrielle. tout comme les récifs de coraux qui proliferent sur les carcasses de bateaux ou d'avions.

Leloire Marie-Claude 17/05/2008 11:24

Quand la nature reprend ses droits ...chez nous, ce sont les terrils abandonnés tout noir à la fin de l'exploitation des charbonnages qui se sont couverts de verdures pour le bonheur des hommes et des animaux ...