Philippe Clay

Publié le par Louise

Diantre, la liste des vivants du film de Jean Yanne "deux heures moins le quart avant JC" s'étiole de jour en jour, avec ce jeudi, le décès de Philippe Clay, à l'âge de 80 ans. 

On peut dire, sans se tromper, que s'il existe des vies vides, la sienne fut tout l'inverse: résistant à 16 ans, puis miltitant gaulliste, chanteur de cabaret, acteur de théatre, de cinéma, de télévision... Il a touché à tout. 

Son premier disque sort en 1954, trois ans après il fait son premier Olympia, il tourne dans son premier film en 1952, en tournera près de 80, c'est pas mal! 

Il fut l'ami de Vian, de Prévert et de Gainsbourg, ça aussi, ça n'est pas mal. 

Mis à part dans la comédie absurdo-burlesque de Yanne, Philippe Clay était plutôt habitué aux rôles sombres, sa silhouette et sa voix d'outre- tombe ne lui donnaient pas non plus l'apparence d'un nounours calin, il faut bien le dire. 

Bien voilà, une autre disparition, un autre hommage, faudrait pas non plus que ça devienne une habitude messieurs dames les comédiens! 

Publié dans portraits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DOM. 15/12/2007 20:20

mais quelle année! encore un artiste avec un grand A qui nous quitte, vivement 2008 il y en a marre de cette année pourrie !

Leloire Marie-Claude 15/12/2007 00:02

pour moi, il était un connu, méconnu ... Merci de m'en avoir appris plus ! la mort à parfois des côtés déroutants ...

un chouka 14/12/2007 20:23

Je trouves les éloges de Jean Marie tres complémentaires sur un comédien dont je ne connaisais que sa pèstation a l'écran .Ses "univèrsités "sont en effet pas pour les gamins,pour le rèste de ses idées, je constates qu'il etait un précoce ;-)

Jovialovitch 14/12/2007 18:34

Le nom de ton blog, les "oeillets rouges", ne me semble plus approprié par rapport à son contenu joyeusement nécrophile (je plaisante bien sûr) : tu devrais le renommer avec quelque chose comme lles "pétales fanés" ou les "feuilles mortes"...

jean-marie 14/12/2007 14:21

bonjour, chère Louise (chère, si tu permets)...je ne voudrais pas que tu penses que je cherche à me faire de la pub en abusant de ton hospitalité... mais j'ai beaucoup pensé en écrivant mon propre édito sue le même "sujet".je savais que tu en parlerais (petit prétentieux, va...) mon "article" n'a pas tout à fait la même tonalité que le tien (le contraire serait étonnant...)  mais je suis heureux de voir que tu as eu un geste chaleureux pour lui. Et je suis sûr que tu es sincèreça fait du bienamicalementjean-marie