Agnus dei

Publié le par Louise

Nooon, ce n'est pas le jour du gigot flageolet chez belle maman!

Hier soir, je suis allée assister à une représentation du Requiem de Mozart. 

Bon, faut savoir que cette oeuvre est un des très rares morceaux de musique que je peux écouter 843 fois de suite sans me lasser une seconde....(les autres étant le Canon de Pachelbel et un morceau de la Wally).

En gros, j'adore ce requiem. Ce sont mes voisins qui sont contents! 
Bref. 

Agnus-Dei.jpgDonc, me voilà installée à ma place, fort bien ma foi, avec vue plongeante sur les musiciens, et là, le Requiem commence. Bon, émotion, frissons dans les machoires, tout ça, je passe, hein. Oui, même au bout de 844 fois, on peut encore avoir des frissons dans les machoires.

Et là, je me suis mise à rire, dououououcement, ouh la, on est dans un théâtre quand même. 

A rire en me posant une question existentielle autour de cette messe mozartienne splendide. 

Non pas Dieu existe-t-il? Ou bien, pourquoi le metteur en scène fait il défiler des chiffres derrière l'orchestre?Ou bien encore, est-ce que l'existence humaine ne vaut-elle pas d'être vécue juste parce que la musique existe? Non, ces questions là sont venues plus tard durant le concert. 

Une question me taraudait hier soir, et continue ce matin : comment décide-t-on de devenir percussionniste (avec deux "s") dans un orchestre symphonique? 

Cette interrogation saugrenue m'est venue en regardant le jeune homme qui occupait ce poste. Un charmant jeune homme d'ailleurs, grand échalas blondinet posé derrière ses deux grosses caisses. 

Si vous écoutez le Requiem, vous noterez qu'en effet on entend parfois des roulements de grosse caisse, mais que dans l'ensemble c'est assez rare dans la partition. Ainsi, mon percussionniste a passé la plus grande partie du concert assis tranquillement les bras croisés, à côté des choeurs. 

Alors, voilà ma question, comment un enfant, alors que certains veulent être pianistes ou soprano, peut vouloir devenir percussionniste? (je ne parle, vous l'aurez compris que de ces gosses qui baignent dans la musique, hein, je ne parle pas des Zidane en puissance ou des Chabal en devenir).

Cela dit, la représentation, bien qu'entâchée par la réaction brutale d'un viel homme acariâtre à la fin, qui est sorti de la salle en hurlant "c'est une honte" et en agonissant d'injures une ouvreuse qui n'a sans doute rien compris, cette représentation donc, fut fort réussie, et les percussions n'y étaient pas étrangères!
 
Chapeau l'artiste!

Publié dans couleur orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gwen 19/12/2007 20:03

Une oeuvre dont je me lasserai jamais... Carmina Burana... Juste indéscriptible, c'est... trop beau, trop enorme...

Thierry 16/12/2007 19:30

Je dois dire qu'en ce qui me concerne, je me laisse assez facilement transporté par Voi che sapete.

un chouka 11/12/2007 19:04

Le Parche, la batterie, est supèr bien pour les jeunes vigoureux mais avec l'age et les douleurs ,c'est moins marrant ?bonsoir a vous ;-)

Le Parcheminé 10/12/2007 10:13

Voilà un billet percutant. Bravo Louise.Pour ce qui est des carrières, c'est la faute de parents. De mon côté je voulais faire de la batterie, ils m'ont mis à la clarinette..... J'ai vite arrêté.... Dommage d'ailleurs, vu que j'adore le jazz et le blues.

pfff 09/12/2007 19:26

belle maman? personne ne veut de toi ! en tout cas moi je ne veux plus !