fête de la musique

Publié le par Louise

nina.jpg
A y est , c'est l'été, le ciel est gris, normal! 

Je suis venue au boulot à vélo, donc, il va pleuvoir ce soir, normal aussi!

C'est la fête de la musique, donc il ne peut que faire mauvais aussi, normal encore! 
Et ben, tant pis! 

Ce matin, en me brossant les dents, j'écoutais France Info, la rubrique culture, et le sujet était la fête de la musique. La "vedette" de la rubrique était une jeune chanteuse de touraine, Nina, et qui chante "un hiver aux Seychelles". J'ai trouvé cette chanson adorable, avec des accents gainsbourgiens bien sentis, enfin, ce n'est qu'un avis tout personnel. 

Cette jeune femme a réussi à sortir un CD 4 titres, et garde 15 autres titres originaux sous le coude en attendant d'avoir les fonds pour presser un album. 

C'est bien écrit, elle a une voix douce très agréable, vous pouvez l'écouter sur ce lien si ça vous chante:

http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendID=151881817

Je me disais qu'un sujet tout léger pour ce premier jour de l'été serait de bon aloi.

Publié dans coups de coeur

Commenter cet article

Louise 22/06/2007 08:53

MERCI pour ce commentaire, chere Papye verte!!

papaye verte 21/06/2007 18:58

Trois petites notes de musiqueOnt plié boutiqueAu creux du souvenirC'en est fini de leur tapageElles tournent la pageEt vont s'endormirMais un jour sans crier gareElles vous reviennent en mémoireToi, tu voulais oublierUn p'tit air galvaudéDans les rues de l'étéToi, tu n'oublieras jamaisUne rue, un étéUne fille qui fredonnaitLa, la, la, la, je vous aimeChantait la rengaineLa, la, mon amourDes paroles sans rien de sublimePourvu que la rimeAmène toujoursUne romance de vacancesQui lancinante vous relanceVrai, elle était si jolieSi fraîche épanouieEt tu ne l'as pas cueillieVrai, pour son premier frissonElle t'offrait une chansonA prendre à l'unissonLa, la, la, la, tout rêveRime avec s'achèveLe tien n'rime à rienFini avant qu'il commenceLe temps d'une danseL'espace d'un refrainTrois petites notes de musiqueQui vous font la niqueDu fond des souvenirsLèvent un cruel rideau de scèneSur mille et une peinesQui n'veulent pas mourirJe ne voulais pas cette page sans commentaire. Bel été à toi Louise et à nous tous en fait...