histoire d 'hommes

Publié le par Louise

Killroy en avait parlé avec brio sur son site (http://killroymurdoch.over-blog.com/), j'en avais également entendu parler je ne sais plus où ni quand, et un ami me l'a offert récemment pour mon plus grand plaisir. Non, il ne s'agit pas du dernier album d'Enrico " ah qu'ils sont petits les impôts d'Sarkozy", mais bien d'une oeuvre pétrie d'art et d'intelligence, "Maus", d'Art Spiegelman. 

C'est une BD (pour ceux qui ne la connaîtraient pas encore) qui raconte avec justesse, finesse et intelligence la shoah. C'est une gageure, je trouve, d'oser raconter l'Holocauste sous forme de bande dessinée, défi que Spiegelman a relevé avec génie. Il a même été jusqu'à détourner les abominables descriptions animalières du IIIème Reich en représentant les juifs en souris et les polonais en cochons, pour en faire une oeuvre toute en humanité. Les autres nationalités ne sont pas oubliées: grenouilles françaises, chats allemands, élans suédois, chiens américains...

Art Spiegelman s'y représente lui même en train de travailler à l'élaboration de son oeuvre grâce aux souvenirs de la guerre de son propre père, déporté à Auschwitz avec la mère d'Art. Par le menu, on lit la montée du nazisme, la ghettoïsation des juifs, la haine, l'antisémitisme, les rafles, les camps, les morts. Pas de caricature dans cet ouvrage, on y voit de la même manière des polonais résistants, des délateurs, des juifs corrompus dans le ghetto, des héros. Spiegelman père est quant à lui décrit comme un indécrottable radin qui ramène au magasin un paquet de céréales entamé pour se le faire rembourser (après la guerre, cela va sans dire!).

Les dessins en noir et blanc sont vifs et délicats, les mots sont vivants car c'est le langage parlé qui est mis à l'honneur dans tout le livre. Une fois la surprise passée, c'est ma foi fort agréable! Mais même sous forme de BD, souvent drôle malgré le sujet, la Shoah reste la Shoah. Dans tout l'ouvrage, la peur, la mort, la violence, les drames et les joies sont jetés purs au visage du lecteur. J'ai été plusieurs fois émue en lisant Maus. Et oui, on peut avoir été bercée avec Nuit et Brouillard (c'est une façon de parler!)  et rester sensible encore.

Cette oeuvre a reçu le prix Pulitzer en 1992 et ce n'est que justice. Je vous en recommande chaudement la lecture ou la relecture.

Publié dans couleur orange

Commenter cet article

Lukaleo 11/05/2007 13:25

Cette bande dessinée est à l'image de l'article qui la traite : c'est un chef-d'oeuvre unanimement reconnu.

Louise 11/05/2007 13:28

heu........... le chef d'oeuvre est uniquement du côté de Spiegelman, hein, on est bien d'accord!!! vil flatteur! hihihi!!

bdu 11/05/2007 12:10

Bises de Lucette

Le Parcheminé 11/05/2007 11:57

Je ne connaissais pas, mais cela m'intéresse désormais.1er commentaire et déjà un point godwin ! Ca va de plus en plus vite.

Louise 11/05/2007 12:22

je suis ravie d'avoir pu te donner envie de lire Maus, je suis sûre que tu vas aimer très vite.!!le 1er comm n'a même pas à être là, il s'est gouré de papier, c'est pas bien grave!! hihi!!

Louise 11/05/2007 09:52

un chef d'oeuvre en effet, à tous les points de vue.

Alix 11/05/2007 09:49

Ah... Maus... Toute une histoire...

Je l'avais découvert il y a une petite dizaine d'années (quand l'intégrale était sortie) et je l'avais aussitôt offert à mon frère pour que je puisse le lire à la maison... (les ruses fraternelles)

Un chef d'oeuvre.